Retrouvez tous mes articles concernant un voyage au Japon, conseils et bons plans' bienvenue sur mon blog de voyage. Revivez à travers mes billets mon tour du monde en huit mois et profitez de mes conseils et bons plans, de photos et vidéos pour préparer le voyage de vos rêves ! voyage au Japon voyage à Tokyo voyage à Osaka voyage à Kyoto voyage à Nara voyage à Koyasan voyage à Kanazawa voyage à Okayama voyage à Himeji voyage à Hiroshima voyage à Miyajima blog de voyage blog tour du monde

Japon 5ème Etape - Osaka et Koyasan

Vendredi 25 Décembre 2015,Osaka, à 3h de Shinkansen ou à 1h d’avion de Tokyo, est la troisième plus grande ville du Japon et le centre industriel et commercial de l’ouest du Japon.

Située à l’embouchure de la rivière Yodo qui vient se jeter dans la baie d’Osaka, la ville dispose d’un réseau de canaux qui s’entrecroisent sous ses rues animées et qui ont joué un rôle important dans son essor vers la prospérité.

Ville ancienne en même temps que métropole contemporaine, elle s’enorgueillit d’avoir vu naître dans ses murs le théâtre de marionnettes Bunraku. La baie d’Osaka est devenue un centre émergent des attractions citadines les plus avant-gardistes, accueillant entre autre le parc d’attraction des studios Universal.

C’est mon-avant dernière étape avant mon retour pour Tokyo. J’ai choisi de séjourner au sud d’Osaka au cœur du quartier de Dotonbori, quartier commerçant et de vie pour noctambules par excellence et facilement accessible en métro. Dotonbori est réputé pour ses rues piétonnes longeant le canal du même nom âgé de 400 ans et de ses immenses panneaux publicitaires illuminés se reflétant sur ses eaux. Le panneau du coureur de la marque Glico est un des incontournables du quartier et image iconique d'Osaka. Pour les gourmands Glico est une célèbre marque de biscuits japonaise, celle qui a créé les fameux « Mikados » ! Au Japon, les mikados au thé vert sont incontournables…

Osaka dotonbori 35Osaka dotonbori 67Osaka dotonbori 42Osaka dotonbori 39Osaka dotonbori 95Osaka dotonbori 73

Pour la pause gastronome, Dotonburi est également célèbre pour ses nombreux restaurants ou comptoirs où se pressent nombreux  gourmets s’essayant aux plats les plus appréciés de la cuisine locale comme le yaki-niku (des tranches de viande grillée et assaisonnée), le fugu-nabe (un ragoût de poisson-globe), du kushi-katsu (des brochettes de porc et d’oignons frits), les sushi, évidemment, ou les tako-yaki (des boulettes cuites au four et farcies d’un morceau de poulpe au court-bouillon).  Bon vous avez fait votre choix ??? Sur place ou à emporter ?  Pour moi ce soir ce sera une pizza !

Après avoir testé le Ryokan au Mont Fuji, en tant qu’hôtelier il m’importait également de tester les hôtels capsules. De mémoire hormis dans quelques aéroports internationaux je ne suis pas certain que ce genre d’hôtel existe en dehors du Japon. De plus les tarifs des chambres fort élevés sur Osaka en ce week-end ne m’ont pas longuement fait hésiter à tester ce mode d’hébergement. Comment vous décrire une capsule ? Imaginez vous d’être à bord d’un Airbus A 380, en classe première… Ceux sont des cabines de dimension de 2 mètres sur 1 environ équipées d’un téléviseur, air conditionné, prise électrique et liseuse, avec un matelas et couette douillette, que l’on ferme par un rideau occultant coulissant, permettant de dormir en toute intimité. J’aime bien cette présentation, un peu plus glamour que si je vous dis que ceux sont 80 caissons collés les uns aux autres formant un immense dortoir, qui sent les pieds, avec des sanitaires et douches communes ! De ce fait les capsules sont soit réservées aux femmes ou aux hommes.  Etant je vous le rappelle un routard, mais de luxe, mon capsule hôtel est également équipé d’un spa, avec piscine, sauna, hammam, de salles de relaxation et d’un salon de massage. Et croyez moi après une journée de 12 km a gambadé dans la fraicheur hivernale, la pause jacuzzi est fort bienvenue !

Osaka capsule hotel 2Osaka capsule hotel 420151227 214433

Samedi 26 Décembre 2015

Après une assez mauvaise nuit de sommeil, perturbée par les ronflements de mon voisin de capsule, l’isolation phonique n’étant pas le point fort de ce genre d’hébergement…. Tiens cela faisait un petit moment que je ne vous avait pas parlé de mon obsession, la météo. Et bien il fait beau ! Donc c’est le plan A qui est retenu pour cette journée avec au programme une escapade pour Koyasan. 2 heures de train à bord d’un petit tortillard pour rejoindre la gare de Gokurakubashi (pas facile à dire…essayez vous verrez) située à 535 mètres d’altitude. De là un funiculaire permet de gravir sur 800 mètres un joli dénivelé pour atteindre la station de Koyasan à 867 mètres.

Koyasan trajet 4Koyasan trajet 16Koyasan trajet 19

C’est à Koyan San située à 900 mètres d'altitude, au sommet du mont Koya, que se trouve le temple Kongobu-ji, fondé en 816 par le moine Kukai (également connu sous le nom de Kobo-Daishi). Il est devenu le temple principal du bouddhisme Shingon, branche ésotérique du bouddhisme japonais. Depuis, 120 temples et monastères ont été installés sur la montagne, en faisant un centre religieux de premier plan. Certains d'entre eux, les Shukubo, proposent un hébergement aux pèlerins et aux visiteurs, ou des repas végétariens, avec la possibilité de s'initier à la pratique de zazen, la méditation zen. Le site est classé au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 2004.

Pour ma part, je vais me contenter de visiter les principaux sites de la ville sur la journée et zapper la case méditation ou nuit dans un temple… préférant mon quartier de luxure et de débauche de Dotonburi !

Allez un peu de sérieux, j’avais également zappé que le Mont Koya était situé à 900 mètres et que la température pouvait être bien plus fraiche qu’à Osaka. Malgré un beau soleil, le thermomètre n’affiche qu’un petit 3,2°…

Koyasan porte daimon 5

C’est donc emmitouflé que je parcours le magnifique « Sando ». Une marche de 2km sur une allée pavée traversant une forêt de cèdres plusieurs fois centenaires entre lesquels se trouvent plus de 200 000 tombes dont certaines plus que millénaires, des mémoriaux et des statues de personnages historiques au cœur du cimetière Okuno-in. Hormis quelques fidèles priant autour de stèles de défunts, il n’y a pas vraiment foule en ce samedi matin.

Koyasan sando 5Koyasan sando 13Koyasan sando 15

Me voici arrivé au pont Gobyo-bashi. Nous sommes à présent sur une zone sacrée. La traversée du pont doit se faire tête baissée et mains réunies en prière car la croyance veut que Gobyo-bashi attende et reçoive les visiteurs au bout du pont. Le mausolée de Kobo Daishi se trouve derrière le temple des lanternes illuminées par la lueur de 20 000 lanternes suspendues.

Koyasan temple kobo daishi gobyo 20Koyasan temple kobo daishi gobyo 22Koyasan temple kobo daishi gobyo 26Koyasan temple kobo daishi gobyo 28Koyasan temple kobo daishi gobyo 33 copie

A nouveau deux kilomètres de marche pour regagner Kongobu-ji en plein cœur du village de Koyasan.

C'est le temple principal des 3 600 temples Shingon de tout le Japon. Construit en 1592, il est célèbre pour ses peintures sur fusuma (cloisons coulissantes) dans le style de l'école Kano. (bien entendu nous ne sommes pas autorisé à prendre de photos ! Celle-ci est prise de l’extérieur du temple…

Koyasan temple kongobuji 1Koyasan temple kongobuji 6Koyasan temple kongobuji 5Koyasan temple kongobuji 8

Quelques centaines de mètres de plus et voici le complexe bouddhique du Danjo Garan. Ce site réunit plusieurs bâtiments. Le Kondo (Hall d’Or) a été édifié par Kukai en 819 (et reconstruit plusieurs fois depuis) et est le lieu d'importantes cérémonies religieuses. Le Miedo est reconnaissable à sa toiture d'une grande élégance. Le Konpon-Daito est une pagode laquée de vermillon de près de 50m de haut.

Koyasan temple daito kondo 116Koyasan temple daito kondo 123Koyasan temple daito kondo 117

 Je termine ma visite de Koyasan par la porte Daimon, imposante grande porte de 25 mètres de hauteur 1705, elle fut reconstruite en 1705, et  marque l’entrée de la montagne. Je décide de regagner la gare à pied le long d’une belle route. Le timing est parfait un train est annoncé au départ en destination d’Osaka.

Koyasan porte daimon 11 copie

Une grosse heure  et demie de trajet, et me voici arrivé en gare de Namba. Changement radical avec l’atmosphère tranquille et l’air pur du Mont Koya. Retour dans la frénésie capitaliste avec les immenses centres commerciaux attenant à la gare. Ils sont bondés en cette fin de samedi après midi, les japonais semblent être des férus du shopping et de grands gourmands : les pâtisseries françaises, crêperies ou autres salons de thé sont pleins à craquer, nombreux faisant la queue à l’extérieur le temps qu’une table se libère… le japonais est également patient. Je ne manque pas d’aller voir les illuminations du centre commercial Park attenant à la gare, puis de traverser avec difficulté l’arcade commerciale de Shinsaibashi-Suji sur le chemin de Dotonbori noire de monde…. Je suis réellement impressionné de cette foule dans les rues, les restaurants et magasins, une vraie ruche ou fourmilière !

Osaka parks garden 20Osaka parks garden 24Osaka parks garden 6Osaka dotonbori 101

Dimanche 27 Décembre 2015

Cette journée est dédiée à la visite des quelques sites d’intérêts d’Osaka, Osaka étant plutôt une ville étape ou de séjour pour visiter grâce à son réseau de trains rapide, Kyoto, Himeji ou Nara précédemment visitées à moins d’une heure de trajet. Je vais donc vous la faire version guide touristique :

Si vous n’avez qu’un lieu à visiter, un seul, ce doit être absolument le château d’Osaka, qui fut jadis le plus important du Japon et qui a été construit en 1586 par Toyotomi Hideyoshi. La forteresse actuelle, qui s’élève sur cinq étages, est une copie du bâtiment original et elle contient un grand nombre de documents et d’objets d’art dont l’histoire est directement liée à la famille Toyotomi et à l’Osaka du passé. Le château d'Osaka a été construit à la fin du 16e siècle par Toyotomi Hideyoshi, le seigneur de la guerre qui a tenu le pays sous son joug. Incendié et reconstruit à de nombreuses reprises, il s'élève au centre d'un grand parc de 6 hectares où les habitants de la ville aiment particulièrement se promener au printemps, à la saison des cerisiers en fleurs. La tour offre également une belle vue sur la ville. Le yagura (tourette) et les murs de pierres gigantesques datent de l'époque Tokugawa. Et comme on est en plein hiver, le parc et le château sont vraiment bien tristounets. Il y a pourtant foule, il y a plus d’une heure d’attente pour accéder au donjon, le château fermant ses portes ce lundi pour 4 jours. 

Osaka chateau 9Osaka chateau 1Osaka chateau 16

Ayant déjà visité 3 châteaux précédemment, je zappe donc la visite du donjon, d’autant que pour voir des salles désespérément vides, c’est plutôt une perte de temps. Pour le point de vue de la ville sur les conseils cette fois-ci d’un guide, je rejoins le quartier de Tennoji où siège le plus haut gratte ciel du Japon, inauguré en Mars 2004, la tour Abeno Harukas, avec ses 300 mètres et 60 étages.

Osaka 63Osaka abeno harukas tower 3

L’immeuble accueille également le plus grand « Grand Magasin » du Japon sur 16 étages, et un musée d’art. Je vais me contenter d’atteindre le 14ème étage, d’où un joli point d’observation permet d’avoir une belle vue sur le sud de la ville. A deux pas de la tour se situent les temples de Isshinji et de Shitennoji.

Pour les puristes le temple d’Isshinji  est un temple bouddhiste de l'école Jodo-shu et Shitennoji est le plus ancien temple officiellement administré au Japon, construit par le prince Shotoku en 593.

Osaka 71Osaka shitennoji temple 4

Direction à présent le nord de la ville pour la dernière étape de la journée le quartier d’Umeda. Umeda, possède de nombreuses galeries souterraines du plus grand modernisme où se pressent en ce dimanche après midi visiteurs et acheteurs. Je me répète, mais c’est fou ce monde et cette fièvre acheteuse !

Osaka 88

Héritier des grossistes textiles, Umeda accueille aujourd'hui une impressionnante concentration de bureaux, banques ou hôtels. Son centre commercial souterrain, le plus grand du Japon, forme en lui-même une véritable ville, et j’ai le plus grand mal a trouver mon chemin pour trouver d’une part la sortie vers l’extérieur, puis la direction pour visiter le petit sanctuaire d’Ohatsu Tenjin. Arrivé enfin à la surface, je le trouve finalement perdu ou coincé en plein milieu des grattes ciels. Ce petit sanctuaire vieux de 1300 ans est réputé dans tout le Japon pour être un temple dédié aux amoureux. En témoigne les petites plaques de vœux inscrites par les visiteurs. Bon je me demande finalement ce dont je suis venu faire dans cette endroit !

Osaka tsuyuno temple 2Osaka tsuyuno temple 4Osaka tsuyuno temple 5Bon après cette pause romantique il faut désormais trouver mon chemin pour rejoindre avant la tombée de la nuit le futuriste Umeda Sky Building. Bien que ce dernier atteigne les 170 mètres, croyez moi, ce n’est pas chose aisée à le trouver. Je suis à nouveau perdu, noyé autour de tous ces grattes ciels et centres commerciaux dont le Hep Five et sa grande roue rouge de 106 mètres installée à son sommet ravissant certainement les amateurs de sensation forte. Il n’est vraiment pas facile de se déplacer dans Osaka, avec comme souvent des panneaux uniquement en japonais. Vous me direz c’est normal, c’est bien le cas en France… Vous avez raison… mais quid des touristes occidentaux ???

Osaka umeda 13Osaka umeda 22

Bon revenons à notre tour.  Et je l’ai enfin trouvée ! Œuvre de l'architecte Hiroshi Hara, ce gratte ciel est classé parmi les vingt plus beaux gratte ciel et tours du monde. C’est en fait deux tours jumelles reliées par un jardin flottant au 39e étage, à 173 mètres du sol, une plate-forme ouverte offrant une vue à 360°. On y accède par un ascenseur extérieur puis une passerelle donnant l'impression d'être suspendu dans le vide au-dessus de la ville. L’accès est vraiment exceptionnel et unique. Moi qui suis pourtant sujet au vertige, je suis bluffé. La vue de la plate forme est en effet imprenable sur la ville, le port d'Osaka et les montagnes de Ikoma, d’autant que le pont d’observation est totalement ouvert et qu’il n’y aucunes vitres ou grillage pour gâcher les prises de vues.

Osaka umeda sky building 1Osaka umeda sky building 4Osaka umeda sky building 9Osaka umeda sky building 7Osaka umeda sky building 18Osaka umeda sky building 21Osaka umeda sky building 61Osaka umeda sky building 86Osaka umeda sky building 90

J’aurai plus de facilité pour rejoindre Dotonbori et ma capsule pour ma dernière nuit à Osaka !

 

 

Japon

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !