bienvenue sur mon blog de voyage. Revivez à travers mes billets mon tour du monde en huit mois et profitez de mes conseils et bons plans, de photos et vidéos pour préparer le voyage de vos rêves ! Retrouvez tous mes articles concernant un voyage en Bolivie, conseils et bons plans'

Salar d'Uyuni et Sud Lipez

Lundi 3 Août 2015,Après un long trajet plutôt chaotique de 11 heures pour atteindre Uyuni distant de La Paz de 540 km, dont 180 km sur une route non asphaltée, le bus arrive enfin en gare routière d’Uyuni.

J’ai réussi à dormir tant bien que mal environ 6h à l’aide d’un somnifère. Je suis relativement frais après avoir pris un petit déjeuner, pour attaquer mon périple au cœur des « salars » d’Uyuni. J’ai réservé depuis  La Paz, un tour en Jeep 4X4 de 3 jours / 2 nuits. Nous serons 6 à être de l’aventure en compagnie du conducteur qui se prénomme Victor originaire de Sucre. Eleonora, Christina, toutes deux de Lisbonne, Amélie et Antoine jeune couple en lune de miel originaires d’Isère et Miriam jeune étudiante suisse allemande seront mes compagnons de voyage. Après s’être tous présentés nous débutons le tour par le cimetière des trains situé à la sortie d’Uyuni. Nombre de carcasses de locomotives à vapeur des années 30, rouillées terminent paisiblement leur vie, en se décomposant jour après jour sous les effets de la météo inhospitalière en cette région ainsi que par la centaine de visiteurs venant au quotidien leur  grimper dessus pour prendre en toute situation insolite un souvenir de  ce lieu particulier. 

Cimiterio del tren 13Cimiterio del tren 20

Nous visitons en suivant un marché artisanal de sel et le musé du sel dans la petite ville de Colchani qui ne pésente aucun intérêt.  Après cette petite mise en bouche, direction les grands espaces et les salars d’Uyuni situés un peu plus au nord. Les paysages sont désormais grandioses, la jeep roule à bonne vitesse au beau milieu des salins, d’une blancheur immaculée.

Salar d uyuni 15Salar d uyuni 41

C’est la réserve de sel la plus importante monde, les salars ont une surface de 12 000 km2. La pause repas se fait en plein cœur des salins, dans un restaurant construit en blocs de sel et proche du monument dédié au rallye raid Dakar.

 Nous continuons notre traversée du salar et visitons l’Ile des Incas et ses cactus. La vue au sommet de l’île est assez surnaturelle.

Isla del inca 15Isla del inca 35

Victor nous conduit désormais en direction du pueblo de San Juan qui sera notre étape pour la nuit. Victor arrête sa jeep en plein milieu du salin. Il nous démontre tous ses talents de photographe en réalisant des prises de vue assez délirantes avec un dinosaure par exemple. Cette session vidéo et photo termine de détendre l’atmosphère et l’ambiance au sein du groupe.

Salar d uyuni 57Salar d uyuni 63Salar d uyuni 69Salar d uyuni 68

Au moment de reprendre la route, Victor aperçoit au loin un homme seul dans ce désert. Il s’agit d’un conducteur de jeep, à la recherche d’aide, son véhicule étant tombé en panne, et le réseau téléphonique est inexistant dans cette partie du salar. Victor va démontrer ses talents de mécano en réparant la jeep. Cela nous rassure d’autant plus, si pareille mésaventure devait nous arriver…

Salar d uyuni 73Salar d uyuni 77

Nous en profitons pour admirer le coucher de soleil qui est tout simplement superbe sur cette immense étendue. La Jeep réparée, nous reprenons la route pour nous diriger vers notre gîte. Il fait nuit noire, la température est désormais négative. Nous dormirons façon routard, en dortoir de 4 personnes dans une chambre sans chauffage...  Après une douche un peu frisquette, nous nous réchauffons dans la salle à manger autour d’un bon dîner.

Mardi 4 Août 2015

Après un nuit difficile où j’ai eu du mal à trouver mon sommeil enveloppé dans mon sac de couchage et de couvertures…. je retrouve mes compagnons de voyage autour d’une tasse de café chaud. Nous regagnons la piste, et après la mise en bouche assez tranquille de ce lundi, place à l’aventure et aux grands espaces. De véritables paysages de carte postale défilent tour à tour, le salar de Chiguana, le mirador du volcan Ollaqüe, et les majestueuses lagunes Honda et Hedionda hébergeant une communauté de flamands rose.

Img 5651Img 5680Img 5698Img 5722

La playlist du lecteur MP3 de la jeep est de circonstance, jouant le fameux air du groupe U2, « Where the streets have no name ». Nous traversons le désert de Siloli, on a l’impression de se trouver en plein cœur de la course du Dakar, et j’imagine les motards et 4X4 roulant à pleine vitesse sur les pistes de ce désert . Un canyon se forme à la fin du désert et des chinchillas paraissent au soleil sur les parois. Nous marquons un arrêt à l’arbre de Pierre. Un vent glacial souffle fort et la température ressentie est certainement en dessous de 10° degrés.

Img 5793Img 5786Laguna colorada 27Laguna colorada 28Arboles de piedra 8

Notre dernier arrêt de la journée sera la lagune Colorada située à l’ouest de l’altiplano et à la limite de la frontière chilienne. La couleur rouge de la lagune est due à une algue microscopique qui pigmente l’eau. La lagune d’une profondeur de 45 cm, abrite une importante faune dont les 3 principales espèces de flamants rose des Andes.

Nous regagnons le refuge situé à 5 km de la lagune qui va nous héberger pour la nuit. Le confort du refuge est encore plus rudimentaire que celui de la veille. Nous partagerons Les chambres à trois, et je serait pour la nuit le chaperon d’Amélie et d’Antoine ! Les toilettes du refuge ne disposent pas d’eau chaude, ce soir on fera l’impasse sur la douche !

Nous sommes tous emmitouflés dans nos polaires et doudounes autour de la table d’hôte. Nous jouons en attendant le dîner à une partie de Uno ! C’est une première pour moi et chance du débutant, je gagne la première partie ! Le dîner est vite expédié et nous regagnons nos lits, emmitouflés de nos polaires dans nos sacs de couchage. La nuit sera moins froide que prévue, le thermomètre ne descendra pas en dessous des moins cinq degrés...

Img 5838

Mercredi 5 Août 2015

Dernier jour de l’expédition. Réveil avant celui du coq. Il est 5 heures du matin, le ciel étoilé est d’une clarté exceptionnelle. Le réveil est moins difficile que prévu, cependant la nuit a encore été courte...

A nouveau des paysages exceptionnels vont défiler tour à tour. Le premier site que nous visitons est celui des Geysers Sol de la Manana situé à 4990 mètres d’altitude. Il y a une constante activité volcanique sur ce site d’un kilomètre carré, marqué par des geysers, fumeroles, et de  lave en ébullition.

Geysers 18Img 5895

Nous reprenons la route en direction des lagunes blanche et verte situées à la limite de la frontière argentine. Ces lagunes sont surmontées par l’imposant volcan de Lincancabur. La couleur de la lagune verte résulte du fort taux d’arsenic et de copper contenu dans son eau. Nous découvrons à présent le paysage du désert de Salvador Dali composé d’une collection de rochers volcaniques de formes surréalistes en plein milieu du désert de Pampa Jara, qui entouré de montagnes colorées donne une impression de paysage lunaire.  Un stop sur les rives de la lagune salada, nous permet de nous offrir une baignade revigorante dans la piscine des eaux chaudes thermales de Polques. L’eau jaillit à 40 degrés et produit dés la sortie du bain des effets relaxants !Desert de dali 11Img 5910

Nous remontons à présent vers le nord en direction de la vallée de las Rocas, qui sera notre étape pour le déjeuner. Les paysages sont un peu plus verdoyants, une rivière coule au milieu d’une plaine où des lamas broutent tranquillement sans se soucier des nombreux touristes qui tentent de les apprivoiser le temps d’une photo. Nous pique-niquons dans un canyon en manches courte.

Img 5930Valle de la roca 10Valle de la roca 37

Quelques dernières photos de ces concrétions volcaniques, laissent libre court à notre imagination.  Nous regagnons la petite bourgade d’Uyuni au terme de ces trois jours exceptionnels. Après avoir parcouru sur les pistes de la région du sud Lipez, un trajet d’une distance de 750 km qui nous offert une multitude de paysages variés, tous aussi surréalistes les uns, dignes de magnifiques cartes postales. Victor dépose chacun d’entre nous à nos hôtels respectifs ou à la gare routière. Nous échangeons adresses mails afin de pouvoir nous adresser photos de voyages et pourquoi pas de rester en contact. J’apprécie la bonne douche chaude à l’hôtel. La fatigue me gagne, il est temps d’aller se coucher.

 

 

Bolivie

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !