Retrouvez tous mes articles concernant un voyage en Chine, conseils et bons plans' bienvenue sur mon blog de voyage. Revivez à travers mes billets mon tour du monde en huit mois et profitez de mes conseils et bons plans, de photos et vidéos pour préparer le voyage de vos rêves !

Chine - 2ème Etape - Pékin

Lundi 18 Janvier 2016

Y’a-t-il un pilote dans l’avion ou les tribulations d’un petit français à l’aéroport de Shanghai Pudong… pour  résumer en deux lignes cette journée…

Départ ce matin pour l’aéroport, une heure de trajet est nécessaire pour rejoindre l’aéroport international de Pudong en transport en commun, en optant pour une combinaison métro et le Maglev, un train super rapide reliant Shanghai à son aéroport. Le temps de trajet en voiture est similaire voir supérieur en fonction des aléas de circulation.

Maglev train le plus rapide du monde 1

Bien entendu il n’y a pas photo au niveau budget entre un déplacement en métro et en taxi. 7 Yuans pour un déplacement uniquement en métro mais 1h45 de trajet ou 56 Yuans en métro et en train express pour minimum 150 Yuans en taxi ! (1 Euro = environ 7 Yuans)  J’opte donc pour la solution intermédiaire me permettant de tester ce train unique, le Maglev (abréviation de lévitation magnétique), le seul train à ce jour en service commercial  avec une vitesse de pointe à 431 km/ heure.  Il relie les 30 km séparant le quartier de Longyang à l’aéroport de Pudong en 7 minutes.

J’avais souhaité au préalable rejoindre Pékin  en train, cependant le temps de trajet supérieur à 7 heures, les difficultés voir l’impossibilité pour réserver un billet à l’avance et le prix du billet supérieur à un billet d’avion, m’avaient fait changer d’avis….

Je n’aurai peut être pas du… En effet en arrivant au comptoir d’enregistrement de la China Eastern Airlines, j’ai la mauvaise surprise d’apprendre que mon vol a été annulé et que je suis réenregistré sur un vol au départ de l’aéroport de Hongqiao situé à l’opposé de Shanghai, à environ 2 heures de route… Je n’ai bien entendu reçu aucun SMS ou courriel m’informant de ce changement. C’est comme si on vous annoncez qu’au lieu de partir d’Orly vous partez de Charles de Gaulle ou vice versa. Bon je garde mon sang froid, mon calme, car il est hors de question que je m’emporte et que je perde la face (mon expérience asiatique a du bon sur ce coup là !), sachant que je n’ai que très peu de chance d’arriver à temps sur l’autre aéroport et qu’il est hors de question que je paye 25 à 30 Euros de taxi de ma poche. China Eastern pourtant membre de l’alliance Skyteam ne proposera aucune autre compensation ou dédommagement… si ce n’est un Sorry ! (désolé). Voilà un des mauvaises facettes de la Chine, à laquelle je suis confronté régulièrement depuis mon arrivée. Politesse, empathie, sens du service et de l’accueil sont encore des valeurs loin d’être acquises et comprises par les chinois. Cela est certainement lié bien entendu à l’ouverture récente de leur pays au tourisme et à une culture communiste où le mot client est encore nouveau !

Finalement je suis réenregistré sur un autre vol mais qui ne partira que 3 heures plus tard… autant vous dire que ma journée est fichue… Je dois me rendre à un énième comptoir pour me faire émettre un nouveau billet, et on m’informe que l’on ne peut m’émettre de billet car le vol est complet et que je peux si je le souhaite est inscrit en liste d’attente sans garantie de prendre ce vol…. Nouvelle montée d’adrénaline, il faut absolument que je conserve mon sang froid…  (la partie gauche de mon cerveau me dit Rémy reste zen, keep cool, et la partie droite me dit gueule un bon coup, tu n’as affaire qu’à une bande d’incapables et d’incompétents…. Même je partage le point de vue de la partie droite de mon cerveau, mon bon sens opte pour écouter celle de gauche !) Finalement après maintes discussions,  et un dernier aller retour à un nouveau comptoir, je gagne la bataille  de la perte de la face !

L’hôtesse n’ayant pas le choix que d’appeler un responsable qui va lui donner son accord de m’attribuer un siège...  Ce sera un autre passager qui en fera les frais, mais la priorité est de rejoindre Pékin au plus tard ce soir ! Je n’ai plus qu’à me rendre une nouvelle fois au comptoir d’enregistrement pour enfin enregistrer mon bagage et recevoir ma carte d’embarquement définitive ! Finalement avec tous ces allers retours du guichet A au guichet B, du guichet B au guichet C, et le passage de portillon de sécurité, il ne me reste plus qu’une heure et demi à attendre sagement dans l’horrible salle d’attente du terminal domestique à peine chauffée et sentant le tabac froid… et à expulser cette tension !

Après une légère appréhension au moment d’embarquer, et à la livraison de mon bagage, je n’ai plus qu’à rejoindre mon Novotel au centre de Pékin en métro… Le thermomètre extérieur affiche moins 10 degrés Celsius. Il est 19h30, lorsque je récupère ma clé de chambre sachant que j’avais quitté mon Grand Mercure à Shanghai à 9 heures ce matin…

Finalement que fallait il choisir ? 12h30 d’avion ou 7h00 de train….

Bon faut il vous présenter Pékin ?

Capitale de la République Populaire de Chine, située dans le nord de la plaine de la Chine du Nord , la ville compte environ 20 millions d’habitants.

Pékin est aujourd’hui une des plus célèbres villes historique du monde. En effet elle a été successivement la capitale des Dynasties Liao, Jin, Yuan, Ming et Qinq de 938 à 1911.  Durant ces huit siècles  la ville a accumulé de nombreux monuments historiques : la Cité Interdite, la Grand Muraille, le temple du Ciel, les tombeaux des Ming, le Palais d’été.

Ceux sont ces sites que je vous invite à visiter durant les 4 prochains jours. Mais avant cela il est temps de prendre quelques forces, diner et dormir !

Mardi 19 Janvier 2016,

Belle journée de visite au programme. Grand ciel bleu, mais températures toujours aussi glaciales ! Moins 7 Degrés. Après avoir revêtu 4 couches de vêtements sous mon coupe vent, je suis prêt à  débuter ma visite de Pékin par les grands classiques :  Le Temple du Ciel, Place Tian’Anmen et  la Cité Interdite.  Un beau programme en perspective.

Pékin est une ville très étendue et je me rends vite compte que les distances entre chaque site sont plus importantes que je ne pouvais me rendre compte sur le plan de ville.

Finalement bien que mon hôtel soit très central, il va me falloir une bonne demie heure de marche pour arriver à l’entrée du Temple du Ciel (Tiantam) situé au sud est de la ville. Construit à partir de 1420 sous les ming, le temple du Ciel est le plus grand temple de Chine, le parc entouré d’un mur d’enceinte long de plus de 6 km a une surface de 273 hectares. Ce temple était destiné aux cérémonies impériales pour rendre hommage au ciel et prier pour les bonnes récoltes. Quatre bâtiments principaux se trouvent à l’intérieur du mur : Le Tertre Circulaire, la Voûte Céleste Impériale, le temple de l’Auguste Ciel et la salle des Prières pour les bonnes récoltes. Cette dernière étant le site le plus célèbre. Un temple avec une structure assez étonnante composé d’un toit à trois niveaux ressemblant à un parasol d’un bleu foncé pour évoquer le ciel.

 

La ballade autour du temple va me prendre 2 bonnes heures, la visite est très authentique, à différents endroits du parcs, nombreux chinois pratiquent en groupe le chant, le taïchi ou la danse.

Pekin palais du ciel 2Pekin palais du ciel 12Pekin palais du ciel 26Pekin palais du ciel 37Pekin palais du ciel 46Pekin palais du ciel 54

Je suis désormais en jambes ! Pour rejoindre le centre de Pékin et la non moins triste et célèbre pour nous occidentaux,  place Tian’Anmen. C’est la plus grande place du monde occupant une surface de plus de 440 000 mètres carrés.  (environ 900 mètres de long pour 500 mètres de large). La place a été construite au temps de Mao Zedong, en 1949 dans le but d’accueillir la cérémonie de la proclamation de la République Populaire de Chine. Elle a été depuis le cadre des parades militaires du Parti Communiste, pouvant accueillir plus d’un million de personnes ! La place est en effet tristement célèbre pour avoir été le cadre d’incidents politiques en 1976 et en 1989. Aujourd’hui j’ai encore se souvenir à l’esprit, d’autant plus que la place est loin de ressembler à lieu public traditionnel où l’on puisse se reposer, bavarder ou écouter par exemple de la musique. Il n’y a d’ailleurs pas un banc ou un arbre. La place est entièrement barricadée, pour y accéder on doit passer par des portiques de sécurité, des caméras de sécurité et des militaires présents tous les 20 mètres veillent au grain !  La place est entourée par trois immenses bâtiments de style soviétique des années 1950, avec l’Imposant Mémorial de Mao et la colonne des héros du peuple. Elle reste cependant le lieu iconique de Pékin où tout touriste se doit de prendre un selfie ! Car la place donne également sur la Porte de la Paix Céleste flanquée du portrait de Mao, étant l’entrée principale de la Cité Impériale.

Pekin place tian anmen 6Pekin place tian anmen 15Pekin cite interdite porte de la paix celeste 9Pekin cite interdite porte de la paix celeste 12

Un passage souterrain permet de rejoindre la porte du Méridien, l’entrée du Palais Impérial ou Cité Interdite qui abrita sous les dynasties Ming et Qing 24 Empereurs. Sa construction a débuté en 1406 et dura à peine 14 ans. Entouré de douve le Palais Impérial a quatre portes à chaque point cardinaux et quatre tours d’angles. Le palais comprend environ 9000 pièces totalisant une surface de 150 000 m2 et disposées de façon symétrique le long de l’axe nord sud.  La palais est impressionnant, grandiose, imposant, magistral, majestueux, imposant….

Pekin cite interdite 22Pekin cite interdite 42

Les superlatifs me manquent. A chaque franchissement de cour ou de porte, une autre porte et palais apparait. On a l’impression d’avoir comme dans les poupées russes, une quantité de courts et de palais emboités les uns dans les autres. Désolé pour cette image un peu simpliste, mais c’est la seule qui me vient à l’esprit pour décrire la cité.  Les portes et les salles portent les doux noms d’Harmonie Suprême, Harmonie Parfaite, Harmonie Préservée, Pureté Céleste, Tranquillité Céleste… la liste est encore longue….

Pekin cite interdite 59Pekin cite interdite 93Pekin cite interdite 94Pekin cite interdite 95

La visite se termine au niveau de la porte nord, la porte Xuanxu (porte des prouesses militaires !) avec une promenade au cœur des jardins impériaux.

Je n’ai plus qu’à traverser les douves entièrement gelées pour rejoindre le Parc Jingshan qui fait face à la cité et qui abrite un belvédère permettant d’avoir un joli point de vue sur la cité malgré le contre jour et la pollution ambiante et de se rendre de son immensité…

Pekin cite interdite 121Pekin cite interdite 142Pekin cite interdite 144Pekin cite interdite 159

La journée de marche a été longue et éprouvante avec ce froid, je n’ai plus qu’à trouver la station de métro la plus proche pour regagner l’hôtel et prendre une bonne douche chaude pour me réchauffer, mais je dois reconnaitre que la journée de visite à été grandiose.

Mercredi 20 Janvier 2016,

Je me suis résigné aujourd’hui à acheter les services d’un tour opérateur pour l’organisation de cette journée à l’extérieur de Pékin consacrée à la visite de la Grande Muraille et des Tombes des Empereurs Mings. J’aurai pu la gérer moi-même en utilisant avec difficulté trains ou bus avec correspondance, mais n’aurai certainement  pas pu visiter ces deux sites en une seule journée ou dans de si bonnes conditions. Le but est toujours d’en voir le plus possible et c’est toujours un plus d’avoir pour ce genre de visites les conseils et les commentaires d’un guide.

Mon guide Xiangsu vient me récupérer à la minute pile à la réception de l’hôtel. C’est plutôt un bon présage, d’autant plus qu’il m’annonce que nous ne serons que deux personnes à faire l’excursion du jour ! Voila une bonne nouvelle finalement qui m’aide à digérer le tarif élevé du coût de l’excursion…

Après avoir récupéré le deuxième touriste un jeune allemand en vacances pour 2 jours sur Pékin avant de rejoindre Sydney, direction le nord de Pékin à destination de notre première visite de la journée. Notre chauffeur Lee se faufile comme un serpent au cœur du trafic congestionné à bord de notre monospace de ministre. Il nous faudra cependant plus d’une heure pour arriver à l’entrée du Mausolée des Empereurs de la Dynastie Ming pourtant distants seulement de 45 km du centre de Pékin. Comme notre jeune teuton est peu disert, je suis donc le seul à faire à la conversation avec Xiangsu qui a pris comme surnom anglophone pour nous touristes le prénom de James !

Bon question météo, rappelez vous mon obsession ! Le ciel ce matin est totalement brumeux et il fait moins 9° degrés au cœur de Pékin et environ moins 12° degrés à notre descente du véhicule à l’entrée du Mausolée à Changling. Nous sommes en plein cœur de la nécropole où 13 des 16 empereurs de la dynastie Ming y ont été enterrés. D’après les guides de voyage, seulement 3 tombes se visitent, mais d’après Xiangsu uniquement le Mausolée de Changling est actuellement ouvert au public ! Nous ne visiterons donc que celui-ci. Il en demeure que c’est le plus important et que le mausolée abrite le corps de l’Empereur Yongle qui fut le premier empereur de la dynastie (de 1402 à 1424), son épouse et ses 16 concubines ! Le mausolée est construit en quatre parties distinctes, (pour ceux qui ont lu mon billet sur Huê et les tombeaux des N’Guyen, il y a pas mal de similitudes).

1/  Une grande court intérieure, dans laquelle se trouve le pavillon de la stèle et un grand portique appelé Shendao « voie des âmes », qui mène au Pavillon des Ferveurs Eminentes (le Ling’endian).

2/ Le Ling’endian est une magnifique construction en bois bâtie sur une triple terrasse de marbre blanc, soutenue par 60 colonnes en bois de nanmu, (une variété de bois de cèdre) de plus de 10 mètres de haut. Il est malheureusement interdit de photographier l’intérieur où siège une imposante statue de l’Empereur Yongle et qui a été transformée en musée.

3/ Derrière le Ling’endian se situe la Tour Carrée (Fangchen) qui permet d’avoir une belle vue jour de beau temps sur la région entourée des montagnes du Tigre et du Dragon qui protègent la nécropole et les nombreux vergers.

4/ Dernière partie de la nécropole un petite butte sur laquelle une forêt de cyprès plus que centenaires ont été plantés entourée d’une enceinte circulaire d’une longueur d’un kilomètre où se trouvent les corps enterrés.

Pekin tombeau des ming 3Pekin tombeau des ming 12Pekin tombeau des ming 10Pekin tombeau des ming 9

Bon je dois vous avouer que je reste un peu sur ma faim, car je m’attendais à visiter le mausolée de l’empereur Zhu Yijun. Il accéda au trône à l’âge de 10 ans et il fut le souverain qui régna avec 48 ans le plus longtemps parmi les empereurs de la dynastie Ming. Sa nécropole est en fait un palais souterrain… mais bon Xiangsu nous dit qu’elle est fermée au public… alors...

Je regagne frigorifié le monospace que Lee a eu la bonne idée de préchauffer avant notre retour. Une petite demi heure de route et nous atteignons Ju Yong Guan. C’est un des secteurs restauré pour accueillir les touristes souhaitant visiter la Grande Muraille car malheureusement la grande majorité de l'édifice ne jouit pas d'autant de soins et a été laissée en partie à l'abandon. Il faut dire que nos amis chinois ont quelques circonstances atténuantes ! En effet longue de 8 850 km, la Grande Muraille constitue l'ouvrage le plus important en termes de longueur, surface et masse jamais construit par l'homme. C’est également le seul monument au monde visible du ciel. Sa construction a débuté  221 ans avant Jésus Christ par la dynastie Qin puis reprise par la dynastie Ming. Ce système de fortifications, composé de murs et de tours de défenses, était principalement destiné à protéger la Chine des envahisseurs, notamment mongols. Rappelez vous le célèbre Gengis Khan ! A partir du 19ème siècle, la muraille a fini de démontré ses limites face aux envahisseurs arrivant soit par la mer ou avec l’arrivée de nouvelles technologies comme les avions. Elle fut définitivement délaissée et oubliée. Mao ayant même encouragé l’utilisation de la muraille comme source de matériaux pour la construction de routes et barrages par exemple ! Ce n’est que depuis l’ouverture de la Chine au monde extérieur et l’arrivée de touristes que d’importants travaux de restauration sur des certaines sections ont été entrepris.

Pekin grande muraille porte de juyongguan 21Pekin grande muraille porte de juyongguan 47Pekin grande muraille porte de juyongguan 55

Nous allons donc visiter la section de la Grande Muraille de Juyongguan. C’était une célèbre passe surnommée la porte nord de Pékin, dans la vallée de Guangou. Le rempart actuel que j’arpente avec les plus grandes difficultés fut construit à partir de 1368 sous les Ming. Il fut régulièrement entretenu jusqu’au début du XIXème siècle par les Qing. Serpentant à travers des montagnes, c’est une section majestueuse longue de 4770 mètres allant du 7ème fortin au sud au 12ème fortin situé au nord, en passant par un bastion semi circulaire protégeant la porte avec ses canons. Je me contenterai d’atteindre le 5ème fortin du nord, au bout d’une heure de marche, complètement essoufflé.

J’ai à peine gravi 1000 mètres, mais cela suffit à mon bonheur d’autant plus que les brumes matinales se sont dissipées et que je suis le seul avec mon petit allemand à avoir eu le courage de continuer l’ascension au-delà de la troisième porte. Les quelques touristes chinois se contentant de se prendre en selfie sur le bastion et les premiers fortins.

Pekin grande muraille porte de juyongguan 81Pekin grande muraille porte de juyongguan 89

La descente bien plus facile reste cependant assez périlleuse du fait de la non homogénéité de la hauteur des marches et d’un sol parfois gelé. Nous regagnons Pékin après avoir fait les « arrêts touristiques de courtoisie » à une fabrication de bijoux et de sculpture en pierre de Jade et avoir assisté à une dégustation de thé.

Je demande à Lee de me déposer en plein centre de Pékin, me permettant de regagner tranquillement l’hôtel avant la nuit par la plus grande artère commerçante de la ville déjà décorée pour les célébrations du Nouvel An Chinois.

Pekin centre commercant 10Pekin centre commercant 9

 

 

 

Jeudi 21 Janvier 2016

On continue notre visite de Pékin. Les températures sont toujours négatives et une averse de neige m’accueille à la sortie de la station de métro, située à deux pas du Palais des Lamas première visite de la journée. Le temple fut construit à l’origine pour servir de résidence à du Prince Yong Zheng, mais fût converti par la suite en Lama en 1744 lorsque ce dernier fut nommé Empereur.  C’est à ce jour le plus grand temple Bouddhiste Tibétain hors du Tibet. Différents bâtiments ornés de magnifiques fresques, de toits d’architecture typiquement tibétaine, abritent toutes les formes de Bouddha et Bodhisattva. Une des statues représente Maitreya Buddha debout atteignant une hauteur de dix huit mètres, sculptée sur une seule pièce de bois de santal. Des cérémonies religieuses tibétaines y sont toujours pratiquées par des moines tibétains et malgré ce temps maussade il y a foule ce matin. Nombreux fidèles font brûler bâtonnets d’encens à l’entrée de chaque temple et vont prier  La rue proche de l’entrée du temple est également fort animée avec les nombreuses échoppes vendant statuettes de Bouddha, encens, souvenirs divers et variés !

Pekin palais des lamas 10Pekin palais des lamas 6Pekin palais des lamas 13Pekin palais des lamas 26

Changement radical pour la prochaine visite, se situant à 5 stations de métro en direction du nord. Nous voici sur le site du Parc Olympique. Bonne nouvelle l’averse de neige a cessé, j’ai même espoir d’apercevoir le soleil d’ici la fin de la journée ! Rappelez vous, Pékin a été la ville hôte des jeux olympiques de 2008. Le parc Olympique réunit sur une superficie de plus de 12 km2, le Stade National pouvant accueillir 91 000 spectateurs, appelé en raison de sa magnifique architecture « le nid d’oiseau », le centre de natation, appelé le Cube d’Eau, en raison de la perception visuelle, le village Olympique et un stade omnisport couvert. Le parc est bien entendu un peu tristounet depuis la fin des jeux, d’autant plus que le stade national n’accueille que très rarement d’épreuves sportives depuis. Il en demeure que le site reste grandiose de part la beauté architecturale des bâtiments.

Pekin parc olympique 14Pekin parc olympique 3Pekin parc olympique 19Pekin parc olympique 25

Allez après cette promenade raffraîchissante ! Retour dans le centre historique de Pékin pour une petite promenade au cœur du quartier traditionnel de Shichachai et de ses fameuses « Hutong ». Le hutong est une ruelle traditionnelle pékinoise. Elles se situent dans les quelques vieux quartiers de Pékin qui n’ont pas encore été détruits pour être remplacés par d’immenses projets immobiliers. Ces quartiers et ruelles tortueuses datent en général des dynasties des Yuans (1279– 1368) pour les plus anciens à la dynastie des Qinq (1644-1911) pour les plus récents. La grande majorité de ces ruelles créant de véritable labyrinthes  ne sont accessibles qu’au deux roues ou tricycliques rendant de ce fait la ballade piétonnière agréable. Le but du jeu est de pouvoir en sortir ! Certaines ruelles sont forts touristiques et abritent quantités de magasins de bouche et de souvenirs, certaines fort résidentielles avec de belle demeures ou anciens palais gardées par d’imposant murs et portes, et d’autres très populaires où un bric à brac de vieilles bicyclettes, vieux meubles, débarras,  trônent à l’entrée des ruelles.

Pekin quartier et hutongs de shichahai 12Pekin quartier et hutongs de shichahai 9Pekin quartier et hutongs de shichahai 6Pekin quartier et hutongs de shichahai 5

Le quartier de Shichachai est également fort célèbre pour abriter au beau milieu de ces ruelles  la Tour de la Cloche et la tour du Tambour.

Ces deux tours ont été construites dans le prolongement de l’axe central de la cité interdite. Elles avaient comme fonction de donner l’heure ! Elles ont été utilisées pour ces fonctions jusqu’en 1924 ! Les Big Ben chinois !

La tour de la cloche, construction de pierre assez austère, abrite la plus grande et lourde cloche de Chine (7 mètres pour 63 tonnes), qui pouvait être entendue à une distance de 20 km ! On accède au sommet de la tour par un escalier aux marches plus que raides !  Cependant le petit effort est récompensé par le joli panorama  sur les  Hutong et la tour du Tambour voisine d’une centaine de mètres.

Pekin tour de la cloche 8Pekin tour de la cloche 9Pekin tour des tambours 3Pekin tour des tambours 6Pekin tour des tambours 1

La tour du tambour originellement construite en 1272 au cœur de l’ancienne capitale mongole de Dadu (ancien nom de Pékin), fut détruite par un incendie. Elle fut reconstruite en 1420, sous la dynastie Ming, par l'empereur Yongle qui la fit reconstruire à l'est du site initial. La tour est un bâtiment à deux étages fait de bois et s'élevant à 47 mètres. L'étage supérieur abritait autrefois 25 tambours, mais il n'en reste plus qu'un d’origine. Cependant 25 répliques ont été fabriquées et à plusieurs heures de la journée, on peut assister à une performance de batteurs. La prochaine a lieu dans un dizaine de minutes, c’est parfait, le show d’une durée de prés de 5 cinq minutes est réellement incroyable.

Je termine ma visite de cet agréable quartier en regagnant les berges du lac Béhai aux eaux bien entendu gelées. Je m’amuse en observant patineurs et vélos sur glace qui ont remplacé en cette période hivernale pédalos et autres barques !

Pekin quartier et hutongs de shichahai 23Pekin quartier et hutongs de shichahai 25Pekin quartier et hutongs de shichahai 31Pekin quartier et hutongs de shichahai 36

 

Vendredi 22 Janvier 2016

C’est ma dernière journée à Pékin. Le temps est toujours aussi glacial. Les températures sont encore plus froides aujourd’hui au niveau du ressenti en raison des ravales de vent… le ressenti est proche du moins 15° -17°C ! Record de froid sur Pékin sur les 30 dernières année à en lire le journal China Daily News (version anglaise…).

Je prends mon courage à deux mains! m’engouffre dans la station de métro située par chance à 50 mètres de mon Novotel ! En direction du nord ouest de Pékin, pour visiter le Palais d’Eté. Bon c’est plutôt le palais des glaces ! qui m’attends… Le Palais d’Eté était à l’origine un jardin royal permettant aux empereurs de quitter la chaleur suffocante de la cité interdite en période estivale. Il fut aménagé par l'empereur Qianlong en 1750 afin d’être la résidence impériale de sa mère. Plus de 100 000 personnes ont été engagées pour agrandir la superficie du lac. Le palais fut pillé et détruit à deux reprises lors de l'invasion des troupes anglo-françaises en 1860 durant la seconde guerre de l'opium, puis durant la Révolte des Boxers en 1900. Mais l'impératrice Cixi le reconstruisit en 1888 non loin de l'ancien site, en dépensant des sommes considérables pour rebâtir et agrandir le palais en détournant des fonds originellement destinés à la marine de guerre chinoise ! Le palais failli même disparaitre en 1949 !

Peking palais d ete 1Peking palais d ete 6Peking palais d ete 8Peking palais d ete 14

 

Le parc représente une superficie de prés de 3 km2 et les trois quarts sont occupés par le plan d’eau, le lac de Kunming qui est bien entendu recouvert d’une belle épaisseur de glace. Comme hier au Parc Béhai, les pédalos et canoës sont remisés, un accès sécurisé permet aux promeneurs et aventuriers de pédaler à bord d’un vélo sur skis ou de patiner jusqu’à l’ile où se trouve le Temple du Roi Dragon…

Peking palais d ete 16Peking palais d ete 49Peking palais d ete 22Peking palais d ete 64

Pour ma part bien que fort couvert, je suis à la limite d’être congelé, je touche le bout de mon nez et le bout de mes phalanges toutes les cinq minutes pour m’assurer de ne pas les avoir perdus ! Je recherche autant que possible les endroits les plus abrités au vent. Je vais tout de même arpenter pendant prés trois heures de marche les principaux sites du palais qui sont situés sur la Colline de la Longévité…. Les sites les plus remarquables de style classique chinois sont la rue Suzhou , le long corridor qui longe le lac sur sa partie nord sur plus de 700 mètres, de construction en bois comptant plus de 8000 peintures ! et au sommet de la colline le sublime Palais du Temple Bouddhiste avec sa tour octogonale à trois étages abritant  un Bouddha de cinq mètres de hauteur aux milles mains...

Je n’aurai cependant pas le courage de rejoindre l’ile et le temple du Roi Dragon relié par le pont aux Dix-sept arches préférant rejoindre la sortie du parc proche et rentrer sur Pékin en métro. Je décide de rejoindre l’hôtel au chaud plutôt que de terminer la journée dans l’un des nombreux musée de la ville, clôturant ainsi ma visite de Pékin.

Peking palais d ete 55

 

 

 

Chine

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !